Prévisions de la transparence du ciel pour fins d'observations astronomiques

Modèle régional, transparence du ciel pour l'Amérique du Nord

00 UTC 12 UTC
T+03 T+04 T+05 T+06 T+07 T+03 T+04 T+05 T+06 T+07
T+08 T+09 T+10 T+11 T+12 T+08 T+09 T+10 T+11 T+12
T+13 T+14 T+15 T+16 T+17 T+13 T+14 T+15 T+16 T+17
T+18 T+19 T+20 T+21 T+22 T+18 T+19 T+20 T+21 T+22
T+23 T+24 T+25 T+26 T+27 T+23 T+24 T+25 T+26 T+27
T+28 T+29 T+30 T+31 T+32 T+28 T+29 T+30 T+31 T+32
T+33 T+34 T+35 T+36 T+37 T+33 T+34 T+35 T+36 T+37
T+38 T+39 T+40 T+41 T+42 T+38 T+39 T+40 T+41 T+42
T+43 T+44 T+45 T+46 T+47 T+43 T+44 T+45 T+46 T+47
T+48 Animation T+48 Animation

L'observation astronomique requiert un ciel ayant une excellente transparence pour détecter les faibles lueurs des galaxies ou des nébuleuses de l'univers. Les astronomes déterminent la transparence du ciel en évaluant la magnitude la plus faible des étoiles visibles à l'oeil nu. Dans les régions telles que l'Arizona, on peut atteindre des valeurs de 6,5 à 7,2 sous des cieux très secs. En campagne, dans les latitudes plus nordiques ou encore dans les régions humides, la profondeur du ciel se limite généralement à des valeurs de 5,5 à 6,5. Les conditions de transparence du ciel varient avec les masses d'air. Les masses d'air maritime chargées d'humidité donnent lieu à de mauvaises conditions de transparence. Par contre les masses d'air continental sont généralement sèches et peuvent dans certain cas donner des conditions de transparence aussi bonnes que celle du sud-ouest des États-Unis, d'où l'intérêt de prédire ces magnifiques et trop rares soirées étoilées.

Ce nouveau produit de prévision de transparence du ciel a pour but de vous informer et de vous aider dans la planification de vos soirées d'observations astronomiques.

Les images qui suivent sont des prévisions sur la transparence du ciel pour l'Amérique du Nord. La seule variable mesurable et prévisible affectant la transparence du ciel est l'humidité. Dans les faits, l'humidité atmosphérique est, la plupart du temps, le facteur dominant causant une diminution de la transparence du ciel. Une journée de canicule avec un ciel blanchâtre est le meilleur exemple de son effet.

Les polluants industriels et la pollution lumineuse jouent aussi un rôle, mais sur une échelle locale. Les aérosols tels que les cendres des éruptions volcaniques, le pollen, le sel de mer, les tempêtes de sable et la fumée des feux de forêts sont d'autres éléments pouvant contribuer à diminuer la transparence du ciel. Nous n'en tenons pas compte dans la préparation de ces prévisions. Il en va de même pour les aurores boréales.

Notre prévision expérimentale est essentiellement une intégration de l'humidité dans toute la colonne d'air avec une importance accrue au niveau de la trosposphère, près de la surface notamment. La transparence du ciel est représentée par 4 teintes de bleu. Les zones blanches sont les endroits où le modèle météorologique prévoit des nuages.

Bleu foncé: transparence excellente
Bleu vif: transparence supérieure à la moyenne
Bleu ciel: transparence moyenne
Bleu pâle: transparence sous la moyenne
Gris: transparence très mauvaise
Blanc: présence de nuages

T+hh fait référence à l’intervalle temporel de prévision (hh), en heures, à partir du temps T d’initialisation du modèle. L’heure T est indiquée, en temps universel, au sommet de chaque colonne.